Articles taggés “Michel Tremblay”

L'écrivain et dramaturge montréalais Michel Tremblay recevra au printemps le prix Grand Phénicia 2018, a annoncé jeudi la Chambre de commerce LGBT du Québec.

Michel Tremblay

« La reconnaissance des minorités sexuelles a été un des grands combats de ma vie et je suis très touché de cette prestigieuse reconnaissance qui souligne 54 ans de carrière », a déclaré l’artiste par voie de communiqué.

Ce prix lui sera remis le 31 mai à l’occasion du 14e Gala Phénicia qui souligne l’engagement d’entreprises et de personnes pour faire rayonner les gens d'affaires de la communauté lesbienne, gaie, bisexuelle et transgenre (LGBT).

« Son apport est d’autant plus important qu’il se situe, en grande partie, dans un Québec en pleine mutation où les gai.e.s devaient lutter pour leurs droits et leur reconnaissance », estime Steve Foster, président de la Chambre de commerce LGBT du Québec.

Michel Tremblay demeure aujourd’hui une inspiration pour les jeunes auteurs, selon lui.

En octobre, l'écrivain de renommée mondiale recevait, à 75 ans, le prix littéraire Prince Pierre de Monaco ainsi que le prix Gilles-Corbeil, considéré comme le prix Nobel de la littérature québécoise.

3c4a14cc-7afb-4622-87f6-1324fdc65957

The St-Ambroise Montreal FRINGE Festival is thrilled to announce the incomparable Mado Lamotte as the official festival spokesperson. An artist of many tricks and whistles, Mado is a Montreal icon. As a Quebecois writer, performer and musician with a long history with the festival, Mado celebrates the future of the Montreal FRINGE and joins in a nostalgic appreciation of it’s past. Festival organizers are pleased to have her join the roster of spokespersons, which has previously been graced by such names as Holly Gauthier-Frankel (2014), Simon Boulerice (2014, 2010), Johanna Nutter (2013), Benoit-Drouin Germain (2012), and Steve Galluccio (2011).

“A quarter century of eclectic theatre, wacky shows, electrifying music, crazy drag queen races and unforgettable parties. FRINGE is all that and much, much more.” says Mado who has been entertaining Fringe audiences for 15 years now. This year marks a notable milestone for her: the 15th edition of the Drag Races. This event is a competition between Mado’s queens and the festivals’ wannabe ladies in an outrageous battle of the babes. Lip syncing, makeovers, cocktails and more!

A famous personality of the Montreal cabaret scene, Mado has been designing and hosting the wildest evenings in the country for the last 25 years. Queen of kitsch and parody, and unparalleled hostess, Mado became known to the public through her Quebec TV appearances, her humorous articles in the monthly Fugues and the weekly ICI Montreal publications, with her famous bingo evenings at the Spectrum in Montreal, at the Montreal Casino and in the Just for Laughs Festival.

Among her greatest achievements to date is Mascara, a show she has organized, coordinated and hosted since 1997. It has been seen by more than 300 000 audience members to date. Mado is also responsible for the creation of the now famous Cabaret Mado. Since it’s creation in May 2002, the Cabaret continues to draw crowds from Montreal and beyond.

Exuberant, intelligent, extravagant, Mado Lamotte is a colorful and imaginative character. She is unquestionably a unique phenomenon born a new generation of comedians. Inspired by the universe of Michel Tremblay, and a child of Fanfreluche, Mado Lamotte is, humbly, the most fabulous eccentric of Quebec: the biggest star on the entertainment scene of the new millennium!

Encore une fois si vous permettez

«J’avais envie de la revoir, de l’entendre à nouveau. Pour le plaisir. Pour rire et pleurer. Encore une fois, si vous permettez.» Par ces mots du personnage du narrateur, voilà la demande que formule l’auteur Michel Tremblay. Revoir et entendre à nouveau Nana, sa mère, sa première et intarissable source d’inspiration. Mère et fils se retrouvent ainsi, le temps de cinq tableaux, au fil de dix années, avec leur complicité manifeste et leur affection rude, mais immuables. De fous rires en disputes, de l’amour de la vie à celui de la littérature et du théâtre, faites la connaissance de l’unique Nana, cette maman aimante, douée pour le dramatique, passée maître dans l’exagération et passionnée de romans et de téléthéâtres.

Cette pièce largement autobiographique, écrite trente ans après Les Belles-Sœurs, nous présente la mère de l’auteur, une « femme toute simple », mais pas ordinaire, que l’on sait derrière plus d’un personnage féminin dans l’œuvre magistrale de Tremblay. Encore une fois, si vous permettez, c’est aussi le souvenir d’une relation qui s’est achevée trop tôt. C’est un hommage émouvant à celle qui n’aura jamais vu son petit «passer de l’autre côté, du côté des artistes» et qui craignait qu’il ne trouve pas sa voie, qu’il ne se « case » pas, parce qu’elle l’avait peut-être trop laissé rêver…

Texte de Michel Tremblay

Mise en scène de Michel Poirier

Avec Guylaine Tremblay et Henri Chassé

Concepteurs 

Décor : Olivier Landreville Costumes : Mérédith Caron Éclairages : Lucie Bazzo Musique : Christian Thomas Accessoires : Normand Blais

Assistance et direction de plateau : Geneviève Lagacé

Distribution des rôles

Guylaine Tremblay : Nana Henri Chassé : Le Narrateur

Au Théâtre Jean-Duceppe jusqu'au 14 mai

 

141105_sm89q_pluson_andre_brassard_sn635

Le plus important metteur en scène du Québec avec à son actif plus de 140 directions sur les planches, André Brassard  a grandi à Rosemont où il habite toujours. Sa connaissance de l’univers du Vieux-Rosemont qui ressemble passablement au Plateau-Mont-Royal voisin n’est certes pas étrangère à la rencontre qui allait faire de lui le metteur en scène de toutes les pièces de Tremblay pendant presque vingt-cinq ans. C’est sa parenté profonde avec le monde de Michel Tremblay qui a fait d’André Brassard l’un des metteurs en scène les plus estimés et respectés du Québec.

La première bombe du tandem Tremblay-Brassard éclate au Théâtre du Rideau Vert en 1968 avec Les Belles-Sœurs. Pour la première fois, le ‘joual’ québécois monte sur les planches pour exprimer un drame universel. Ce coup d’envoi est véritablement un coup de maître: la dramaturgie québécoise, après Gélinas et Dubé, vient de prendre un envol qui révolutionnera toute la société.

Deux ans plus tard, il inaugure la scène du Centre national des Arts d’Ottawa avec son ami Tremblay dans une adaptation de Lysistrata d’Aristophane. Aux débuts des années 1970, il réalise les films Françoise Durocher, waitress et Il était une fois dans l’Est en collaboration avec Michel Tremblay. Il a reçu pour cette œuvre immense de 1985 à 2007 plusieurs prix du milieu du théâtre. En 2004, la soirée des Masques lui décernait le Prix Hommage pour l’ensemble de son œuvre. On lui doit aussi la première mise en scène des Feluettes de Michel-Marc Bouchard en 1986 pour laquelle il recevra en 1989 le Prix Gascon-Roux.

André Brassard devient ainsi directeur artistique du Théâtre français du Centre national des Arts d’Ottawa de 1983 à 1989. Puis, de 1991 et 2000, il assure également la direction artistique de la section française de l’École nationale de théâtre du Canada établie à Montréal.

Ralenti considérablement par un accident vasculaire cérébral en 1999, Brassard s’est livré sans faux-fuyant dans sa biographie parue en 2010. Il y a affirmé notamment avoir toujours été ouvertement homosexuel, mais ne s’être jamais associé au Village. Son homosexualité, estime-t-il, devait l’ouvrir vers l’universel plutôt qu’entrainer un repli sur soi. La Grande Bibliothèque du Québec lui a consacré l’exposition Échos en 2015. Il célèbrera en 2016 ses 70 ans.

Enregistrer

Boules-roses-14

Le Village, comme dans beaucoup de villes du monde, s’est développé à partir des années 1970 dans un quartier en déclin de la métropole. Le Faubourg Québec, comme on l’appelait à l’époque, est l’un des plus anciens quartiers de la métropole, ainsi nommé parce qu’il s’était développé dès la fin du XVIIIe siècle autour de la porte contrôlant le chemin menant à Québec lorsque ce qui est maintenant connu comme le Vieux-Montréal était une ville emmurée. Au XIXe siècle, c’est près du tiers de la population de la ville qui habitait le Faubourg Québec et le Faubourg à m’lasse plus à l’est. C’était aussi le principal quartier industriel de la ville à cause de la proximité du port, un quartier couvert de manufactures où s’entassait une classe ouvrière venue des campagnes environnantes à la faveur de la révolution industrielle. La rue Sainte-Catherine devint dès la 2e moitié du XIXe siècle la principale artère commerciale qui, partant de ce quartier, traversait la ville d’est en ouest. C’est dans ce quartier que nait ce qui deviendra le premier grand magasin de l’Est, Dupuis & Frères en 1868.

Avec le déplacement des activités manufacturières vers les parcs industriels dans la 2e moitié du XXe siècle, le quartier se désindustrialise et s’appauvrit. Sous l’administration du maire Jean Drapeau, la Ville entreprend de ‘nettoyer’ ce quartier devenu malfamé en en rasant des pans entiers au sud de la rue Ste-Catherine pour élargir d’abord la rue Dorchester (maintenant le boulevard René-Lévesque), construire l’Autoroute Ville-Marie, puis la Maison de Radio-Canada.  En y installant le diffuseur public, la Ville  souhaite y consolider une Cité des Ondes à l’Est du centre-ville où est déjà installée Télé-Métropole. Avec le déclin de la population du quartier environnant résultant de ces expropriations massives, la rue Ste-Catherine bat bientôt de l’aile et les locaux commerciaux peu coûteux sur cette artère bien desservie par la ligne verte du métro inauguré en 1966, à proximité de la station de correspondance Berri-UQÀM, attirent les nouveaux clubs gais, alors que les grands logements peu coûteux  sont convoités par les jeunes gais qui s’installent autour.

C’est ici que s’installe la boutique érotique gaie Priape dès 1974, puis le premier bar gai, La Boite en Haut, en 1975 dans l’immeuble où se trouve aujourd’hui le Complexe Sky, alors que le bar lesbien Les Ponts de Paris est déjà installé plus à l’Ouest sur la rue St-André.

Mais le Village connait son véritable élan en 1982 lorsque trois nouveaux bars gais voient le jour : le 1681, les 2R et le Max. Le Nouveau Village de l’Est (par analogie avec l’East Village new-yorkais)) était né et deviendra bientôt connu simplement comme le Village. C’est aujourd’hui, sur un km  et une quinzaine d’intersections de long  le plus grand Village gai au Canada et l’un des plus grands dans le monde.

Métro Beaudry

Un peu comme cette jeune fille de province qui rêve de devenir une grande vedette à Montréal ‘entourée de fourrures et de tapettes’ dans Demain matin, Montréal m’attend, la comédie musicale de Michel Tremblay, beaucoup de jeunes hommes et de jeunes femmes de province sont ainsi venues s’installer à Montréal pour pouvoir y vivre leur homosexualité, contribuant à dynamiser la vie gaie de la métropole et à développer le Village.

Depuis les OutGames de 2006, la rue Sainte-Catherine devient piétonnière l’été sous la canopée de boules roses qui sont devenues sa marque. L’événement Aires Libres qui se tient cette année du 5 mai au 26 septembre, est un moment estival très attendu où Montréalais et touristes profitent des terrasses ensoleillées des bars et restaurants qui s’installent sur la voie publique. Se greffent à cet événement les festivals qui animent le Village l’été, le Festival Montréal en Arts, Fierté Montréal et le Week-end Fétiche durant la Fête du Travail.

Ironiquement, c’est dans ce quartier où Starmania, l’opéra rock de Luc Plamondon et Richard Cocciante où Marie-Jeanne suit le DJ Ziggy pour aller ‘danser dans des endroits très très gais’, fut présenté pour la première fois à Montréal en 1980 à l’ancienne Station C. Cet immeuble patrimonial qui a accueilli il y a 25 ans le premier complexe de bars gais autour du légendaire KOX, est toujours un endroit ‘très, très gai’ où la nouvelle génération vient danser.

Enregistrer

 

yvon

Né à Québec il y a soixante ans, Yvon Goulet est un artiste-peintre dont l’œuvre est intimement associée au Village où il peint et habite. C’est un artiste recycleur qui aime utiliser les matériaux de récupération comme support à l'expression de sa création. En 1988, il complète un baccalauréat en arts à l'Université du Québec en Outaouais et en 1989 il participe à un stage d'art et environnement avec Philip Fry de l'Université d'Ottawa. Certaines de ses oeuvres font partie des collections de divers musées dont le Musée national des Beaux-Arts du Québec et la banque d’œuvres du Musée des Beaux-Arts du Canada. L'une d'elle forme la couverture de la dernière édition de La cité dans l'œuf de Michel Tremblay. Yvon Goulet a exposé ses hommes du Village à plusieurs reprises au Québec et à l'étranger. En 2002 il a participé à l'exposition itinérante Le corps gai au vieux Palais de justice de Saint-Jérôme, puis à Québec. De 1992 à 2002, il a participé à diverses expositions d’Ottawa au Japon, en passant par Paris, Bruxelles et Barcelone.

micheltremblay_lacitecover

Yvon Goulet agit en tant qu'historien visuel à la recherche d'artefacts culturels dans le Village. Ses tableaux, inspirés des événements festifs et culturels de la communauté gaie, lui permettent d'exprimer le quotidien, d'enregistrer l'événement et de mettre en scène le corps masculin comme participant actif au sein de la communauté gaie. "J'exprime le milieu dans lequel je vis c'est-à-dire en gros le Village. Le corps de l'homme, à la différence de beaucoup d'autres artistes, est pour moi non pas une finalité, mais un accessoire qui me permet d'aller vers une représentation urbaine et aussi vers un constat social de mon époque". Toujours parcellés, divisés, construits, ses tableaux juxtaposent une multitude de fragments épisodiques reliés aux moeurs gaies qui, un coup assemblés, forment une vision pluridimensionnelle de la communauté gaie. Chaque année, il participe au Festival international Montréal en Arts et vous le rencontrerez assurément si vous arpentez les rues du Village.

André Gagnon pianiste

Né à Saint-Pacôme-de-Kamouraska en 1942, le pianiste André Gagnon est certes le plus éminent fils de la région. Véritable prodige, il joue du piano et il compose de courtes pièces dès l'âge de six ans. André Gagnon fait ses débuts en 1958 comme accompagnateur du chansonnier Hervé Brousseau, avec qui il fonde le groupe Les Bozos l'année suivante. Ce groupe comprend aussi Clémence Desrochers, Jean-Pierre Ferland, Claude Léveillée, Jacques Blanchet et Raymond Lévesque. Ensemble, ils donnent plusieurs concerts, avec Gagnon comme pianiste-accompagnateur. Il collaborera pendant plusieurs années avec Claude Léveillée à la fois en concert et sur disque. Il accompagne aussi son amie Renée Claude. En 1968, il connaît son premier grand succès populaire et international avec la pièce Pour les amants.

Parmi ses albums les plus importants, mentionnons Saga, paru en 1974 qui comprend un bel hommage au poète Émile Nelligan ainsi que Il neige sur Kamouraska, et surtout Neiges, enregistré en 1975 sur lequel se retrouve, outre la longue et populaire pièce titre, les succès Ouverture éclair, Wow, Ta samba, Dédéthoven et Flash back. Trois ans plus tard, en 1978, il récidive avec le microsillon Le Saint-Laurent qui connaît un égal succès.

Entre-temps, en 1976, le 45 tours disco Surprise le fait connaître dans toutes les discothèques du monde. Deux albums Imagination  et Surprise  sont alors publiés aux États-Unis et au Royaume-Uni pour satisfaire la demande grandissante dans ces deux pays. Le pianiste fait alors de nombreuses tournées, tant au Canada anglais et à l'étranger qu'au Québec. En 1986, quand il publie l'album Comme dans un film, il devient aussi très populaire en Australie, en Corée du Sud et particulièrement au Japon où il fait un malheur.

En 1990, André Gagnon signe la musique de l'opéra romantique Nelligan sur un livret de Michel Tremblay, pour laquelle il reçoit un Félix pour le meilleur spectacle de l’année.

Ses disques ont remporté les Félix du microsillon instrumental de l'année à dix reprises de 1978 à 2003. Il reçoit aussi un Félix  pour la meilleure trame sonore originale pour Juliette Pomerleau, en 1999, et  un Félix à titre d'artiste québécois le plus célèbre à se distinguer à l'extérieur du Québec, en 1977 et en 1989. André Gagnon a été nommé officier de l’Ordre du Canada en 1978.

EnregistrerEnregistrer

Émile NELLIGAN

LE VAISSEAU D'OR

C'était un grand Vaisseau taillé dans l'or massif.

Ses mâts touchaient l'azur, sur des mers inconnues;

La Cyprine d'amour, cheveux épars, chairs nues,

S'étalait à sa proue au soleil excessif.

Mais il vint une nuit frapper le grand écueil

Dans l'Océan trompeur où chantait la Sirène,

Et le naufrage horrible inclina sa carène

Aux profondeurs du Gouffre, immuable cercueil.

Ce fut un grand Vaisseau d'or, dont les flancs diaphanes

Révélaient des trésors que les marins profanes,

Dégoût, Haine et Névrose ont entre eux disputés.

Que reste-t-il de lui dans la tempête brève?

Qu'est devenu mon cœur, navire déserté?

Hélas! Il a sombré dans l'abîme du Rêve!

Ce poème d’Émile Nelligan, l’énigmatique et génial poète national du Québec, aura fort probablement été inspiré par les légendes entourant les naufrages de grands vaisseaux aux large du Bas-Saint-Laurent où sa famille séjournait l’été comme tant de familles bourgeoises montréalaises de la fin du XIXe siècle.

Dès l’âge de 18 ans, Émile Nelligan abandonne ses études classiques et les emplois que  lui a trouvé son père. Il  veut devenir poète au plus grand désespoir de celui-ci qui ne connait rien à son art. Invité par son ami Arthur de Bussières à se joindre à l'École littéraire de Montréal, un cercle de jeunes écrivains et intellectuels, Nelligan est résolu de se consacrer à la poésie. Souvent il se réfugie dans la mansarde de son ami pour lire et travailler, et il continue de publier ses poèmes dans les journaux. Diverses sources font de De Bussières son amant, une relation qui est suggérée dans l’opéra Nelligan de Michel Tremblay et André Gagnon.

Alors qu’il connait ses premiers succès, sa jeune carrière s’interrompt quand son père le fait interner à l’âge de 20 ans. Le biographe Bernard Courteau soutient que c’est en raison de sa ‘déviance sexuelle’, de son homosexualité que Nelligan fut interné à Saint-Benoît, puis transféré à l'hôpital psychiatrique Saint-Jean-de-Dieu jusqu'à son décès en 1941.

L’oeuvre de Nelligan ne compte que 170 poèmes, sonnets, rondeaux et chansons. Ce qui est étonnant, c'est qu'il a écrit tout cela entre seize et dix-neuf ans. De ce nombre, seulement vingt-trois poèmes avaient été publiés avant son internement. C’est en 1904, grâce à  son ami Louis Dantin et avec l'aide de sa mère, que 107 poèmes furent publiés dans Émile Nelligan et son oeuvre.

Enregistrer

 demain-matin-montreal-mattend

47 ans après sa création, la comédie musicale Demain matin, Montréal m’attend de Michel Tremblay et François Dompierre aura droit à une quatrième vie.

Comme pour les Belle-Sœurs, c’est René Richard-Cyr qui a obtenu carte blanche de Michel Tremblay pour adapter cette comédie musicale qui fera revivre la belle époque  des cabarets montréalais. La nouvelle production sera présentée sur la scène du Théâtre du Nouveau Monde (TNM) à compter du 13 juin 2017 dans le cadre des Francofolies à l’occasion du 375e anniversaire de la métropole, puis débutera la nouvelle saison du Théâtre du Nouveau Monde à la rentrée.

La nouvelle mouture mettra en scène Hélène Bourgeois-Leclerc dans le rôle de Lola Lee, alors que Laurent Paquin  incarnera La Duchesse de Langeais, Kathleen Fortin  deviendra Betty Bird, Benoît McGinnis reprendra le rôle de Marcel-Gérard et Marie-Andrée Lemieux fera revivre le personnage de Louise Tétrault.

Tremblay a donné carte blanche à René-Richard Cyr comme il l’avait fait pour Les Belles-sœurs et Le chant de Sainte Carmen de la Main. Le metteur en scène a opté cette fois-ci  pour un style cabaret.

Créée en 1970, Demain matin Montréal m’attend a été la première comédie musicale inspirée de l’œuvre de Tremblay et la première production grand public à mettre en scène des personnages gais et travestis un an à peine après la décriminalisation de l’homosexualité au Canada en 1969. Elle raconte l’histoire d’une jeune waitress d’une petite ville de province qui débarque à Montréal dans l’espoir de devenir une grande vedette ‘entourée de fourrures et de tapettes’ sur les traces de sa sœur dans les cabarets de Montréal.

Enregistrer