Actualités

Archive du blog pour 2018

le-saint-amour

Le Vieux-Québec est la destination touristique la plus populaire au Québec et compte plusieurs des meilleurs restaurants de la ville. Dans la lignée de Serge Bruyère, plusieurs grands chefs québécois se retrouvent à Québec. Mentionnons entre autres Jean-Luc Boulay (Le Saint-Amour et Chez Boulay), Arnaud Marchand (Chez Boulay), Daniel Vézina (Laurie Raphaël) et Louis Pacquelin (Panache). Jean-Luc Boulay et Arnaud Marchand de Chez Boulay offrent l'expérience de la cuisine du nord de la France tout en mettant en valeur les produits locaux typiques. Il est situé au rez-de-chaussée de l'élégant Manoir Victoria, sur la rue Saint-Jean. Tout près, M. Boulay préside également les activités de cuisine de Saint-Amour, une figure marquante de la scène gastronomique québécoise. De plus, Saint Amour figure dans le top 10 des restaurants gastronomiques de Trip Advisors et il n'est pas rare de voir une célébrité assise là.

Situé dans un ancien entrepôt du 18e siècle dans le Vieux-Québec et faisant partie de l'Auberge Saint-Antoine, le restaurant Panache propose le menu raffiné du chef Louis Pacquelin. Là, vous pourrez découvrir les objets exposés sur les murs du bâtiment, rappelant la riche histoire de la colonie française.

Les touristes apprécieront également Les Anciens Canadiens, un restaurant établi dans un édifice patrimonial, où vous pourrez découvrir ou redécouvrir certains des classiques de la cuisine traditionnelle québécoise. Près du Château Frontenac, le Continental est réputé pour ses flambés. Tout près, Le Parmesan propose de délicieux plats de la cuisine italienne

Vieux-Québec et Vieux-Port

QuebecChateauFrontenacchamplain


Marcher dans les rues du Vieux-Québec, c'est comme suivre les pas des pionniers qui ont donné naissance à cette nation. Fondée en 1608 par Samuel de Champlain comme comptoir de traite, la colonie s'est d'abord développée autour de l'Habitation de Québec avant de s'étendre dans les premières rues tracées autour de la place Royale au cœur du Vieux-Port. Restauré au début des années 1970, ce quartier historique nous ramène à la capitale de la Nouvelle-France à la fin du XVIIe siècle. C'est l'époque de Louis XIV, dont un buste orne la région. Comme je suis moi-même un descendant de Mathurin Gagnon, l'un des premiers marchands du Québec et dont la maison et le commerce de détail étaient situés sur le site actuel du parc Sault-au-Matelot (ou Parc de l'Unesco), les pavés de ces sites historiques sont comme renouer avec l'histoire de nos racines dans ce pays. A quelques pas, Place Royale est le site principal des Fêtes de la Nouvelle-France, recréant l'époque coloniale française de ses habitants d'origine.

Dans le Vieux-Port, il faut absolument visiter le Musée de la Civilisation. Le quartier abrite de nombreux établissements accueillants pour les homosexuels, parmi lesquels le restaurant Marie-Clarisse, ouvert au pied de l'escalier Casse-Cou par le célèbre chef Serge Bruyère.

En remontant vers Haute-ville, on peut admirer les éléments de fortification qui ont rendu le Québec unique, car c'est la seule ville encore fortifiée en Amérique du Nord. C'est le quartier communément appelé Vieux-Québec. Construit à la fin du XIXe siècle près du fort Citadelle, l'hôtel Château Frontenac surplombe la place Royale d'un côté de la Terrasse Dufferin. Ce dernier est une passerelle magnifique offrant une vue spectaculaire sur la région et est parfait pour des promenades romantiques. On comprend aisément pourquoi les fondateurs du Québec ont choisi cet endroit stratégique pour établir la colonie, qui allait devenir la capitale de la Nouvelle-France, puis du Bas-Canada et enfin du Québec.

Le mode de vie gay a pris racine assez tôt dans le Vieux-Québec. Le Sauna-hôtel Hippocampe de la rue Mac Mahon, le plus ancien établissement gai encore en activité dans la province (où certains pourraient reconnaître les intérieurs utilisés pour le film Le Confessionnal de Robert Lepage), est ouvert depuis plus de quatre décennies. Le propriétaire, Yvon Pépin, avait déjà tenu des bars dans de nombreux clubs du Vieux-Québec, à une époque où la vie homosexuelle était encore clandestine.

André Gagnon

La romancière et dramaturge acadienne Antonine Maillet a été élevée, le mardi 7 novembre dernier à Paris, au rang de grande officière de l'Ordre national du Mérite français.

Antonine Maillet

Institué par le président Charles de Gaulle, l'ordre « récompense les mérites distingués – militaires ou civils – rendus à la nation française ». L'ordre compte trois grades : chevalier, officier et commandeur, ainsi que deux dignités : grand officier et grand-croix. Mme Maillet, aujourd'hui âgée de 88 ans, accède donc au quatrième des cinq grades de cette décoration française, la deuxième après la Légion d'honneur. Mme Maillet est d'ailleurs déjà officière de la Légion d'honneur depuis 2003.

Mais la reconnaissance de la France remontait déjà aux années 1970 : la mère de La Sagouine avait remporté le prestigieux prix Goncourt en 1979 pour Pélagie-la-Charrette.

La romancière a reçu sa récompense à Paris, mardi 7 novembre, des mains du secrétaire d'État auprès du ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne, selon un communiqué du gouvernement du Nouveau-Brunswick. La secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie, Michaëlle Jean, assistait à la cérémonie, indique-t-on.

À Fredericton, la ministre responsable de la Francophonie au Nouveau-Brunswick, Francine Landry, a félicité la romancière, qui « incarne les valeurs de la Francophonie et est une figure emblématique de la littérature acadienne et francophone. Membre de la Société royale du Canada, compagne de l'Ordre du Canada, officière de la Légion d'honneur, chancelière émérite de l'Université de Moncton et membre de l'Ordre du Nouveau-Brunswick, elle est l'ambassadrice par excellence du peuple acadien, et sa contribution au rayonnement et à la promotion de la littérature francophone et de l'Acadie dans le monde est inestimable. »

Flux RSS

Souscrire

Catégories

Mots clés

Autres articles

Archives